Entre western et lost place: Les tourbières de Schülp

Quel paysage déroutant de calme et de solitude que celui des tourbières de Schülp près de Nortorf. Cette fois-ci, faisons une promenade insolite et très nature dans les terres du Schleswig-Holstein, entre Kiel et Neumünster. Une promenade dans un endroit marécageux à mi-chemin entre western et « lost place ». Qui sait, peut-être aurez-vous la chance d’observer le jeune loup qui rode, paraît-il, dans les 400 hectares de tourbes de la commune de Dätgen. En tout cas, si vous y allez, ce sera pour le côté isolé du site. Du coup, n’oubliez pas vos jumelles car vous risquez d’y rencontrer des aigles pêcheurs et des grues cendrées.

Et j’entends siffler le train…

Au milieu de ces grandes étendues d’eau délimitées par des digues, à Schülp, des kilomètres de rails recouverts de rouille se faufilent encore entre les herbes sèches et forment une ligne droite ponctuée de waggons abondonnés aux viscissitudes du temps.

Leur bois se tord et blanchit tandis que le sol d’un brun sombre, crevassé et tourbeux, rebondit sous les pas.

Sur ces grandes plaques de tourbe, on voit bien que les plantes ont du mal à pousser. Quelques petits arbustes se regroupent le long des digues et essaient de se faire une place dans le paysage horizontal. Entre les herbes sèches, les bouleaux dressent leurs tiges blanchâtres et autour des grands bassins rectangulaires remplis d’eau sombre, une multitude de linaigrettes hoche de la tête dans le froufrou du vent.

Le long du chemin, dans un fouillis impénétrable d’herbes sèches, on aperçoit, à espaces réguliers, des carrés de tôles ondulées. Ils sont juste au niveau des fossés et on se demande pourquoi. Evidemment, on pourrait penser qu’ils ont été oubliés là et qu’ils contribuent à l’aspect « lost place » du site mais en réalité, ils servent surtout de plate-forme et de récupérateur de chaleur aux reptiles des tourbes. C’est ici qu’on peut observer la vipère péliade qu’on ne rencontre que dans ce genre d’endroits dans le Schleswig-Holstein. Quant aux numéros inscrits sur les tôles, ils permettent aux biologistes de noter où ces adorables bestioles aiment se prélasser.

Ces rails, on les suit automatiquement jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent devant un nirvana d’eau et d’herbes. Au loin, un aigle lève la tête et finit par prendre son envol, lourd et sombre. Deux grues trompètent entre les herbes en battant des ailes. Le pied quoi!

Des couleurs pures à faire chavirer le coeur. Avis aux amateurs!

L’histoire du site

Schülp, c’est évidemment aussi un lieu d’histoire. Lorsque l’usine de tourbe ferma ses portes en 1998, elle ne laissa pas que des kilomètres de rails et des gros waggons derrière elle (au fait, les derniers waggons que vous voyez sur les rails sont immobiles depuis 2010).

Le paysage avec ses bassins, ses rigoles et fossés creusés à intervalles réguliers en dit long sur son histoire car ici, depuis des siècles, des générations se sont succédées pour drainer les marais et pour en exploiter la tourbe. A Dätgen, on faisait dans la briquette.

C’est d’ailleurs pendant ces travaux que fut trouvé le corps mutilé mais miraculeusement conservé de l’Homme de Dätgen. En effet, en rabotant le sol, on tomba sur un corps sans tête en 1959. Grâce à l’autopsie, on remarqua que cet homme avait été décapité, émasculé, transpercé. La tête apparut quelques années plus tard, intacte. Si vous voulez le voir, lui et son beau chignon suève, vous pouvez vous rendre au château de Gottorf à Schleswig. Son corps repose dans la salle dédiée aux rites funéraires.

Le travail dans les tourbières était dur et ce n’est pas par gaieté de coeur qu’on y venait mais pour gagner sa croûte. Bien obligés! Il fallait que ça chauffe. Pendant la seconde guerre Mondiale, les nazis profitèrent de la situation pour y faire travailler des prisonniers du camp de concentration de Fuhlsbüttel (Hambourg). Schülp n’en est pas fier aujourd’hui mais cela fait partie de l’histoire de cette tourbière.

Un lost place à restaurer?

Au départ de la promenade qui débute au niveau du Torfhaus, on passe à côté d’un préau où s’amoncelle tout un tas de ferraille. A côté, un grand tapis roulant oblique fait partie du petit « lost place ». Selon un article de journal datant de 2014, le nouveau propriétaire des lieux a l’intention de le restaurer. Un jour…

En attendant, le site est laissé à l’abandon, reconquis par la nature et c’est de toute beauté!

Depuis que les tourbières sont renaturées, les sphaignes gagnent du terrain.

Attention! Bon à savoir!

Il y a trois hameaux du nom du Schülp dans le Schleswig-Holstein. Je parle de celui qui se trouve près de Nortorf, entre Kiel et Neumünster.

Laisser un commentaire