You are currently viewing Plön et son Palais des glaces

Plön et son Palais des glaces

Février 2021 — Pendant des jours, un grand vent glacial venu de Russie a soufflé sur le lac de Plön. Il a poussé l’eau vers les rives de la presqu’île qu’on appelle l’Île aux Princes. Vague après vague, goutte après goutte, un nouveau paysage d’une étrange beauté s’est formé.

Je vous invite à entrer dans ce monde éphémère qui se crée parfois l’hiver dans mon grand Nord et que j’ai éternisé cette année-là dans mon album-photos.

Venez à Plön avec moi dans le Palais des glaces de la Prinzeninsel.


La féerie de l'hiver

Parfois, début février, la tempête se rue sur les plaines du Nord et certaines rives de la Prinzeninsel sont alors aux premières loges pour accueillir les embruns et les vagues du lac de Plön.

Sans arrêt, tout ce qui se trouve au bord de l’eau — les herbes, les racines dénudées, les troncs d’arbres — tout est recouvert d’une épaisse couche de glace opaque ou transparente. Quant au lac, ses vagues se figent en formant une couche cristalline. Une surface polie, brillante et translucide qui fait apparaître les petits cailloux et les coquillages emprisonnés sous la glace.

Un palais des glaces aussi solide que fragile. Mouvant et immobile.

La carrière de glace et le pont des stalactites



Le monde de la Princesse des neiges



Au pavillon de l'impératrice

Au bout de deux kilomètres, l’île s’arrête devant un des plus beaux panoramas.

A la pointe, le jeu du vent s’est calmé. L’eau figée scintille autour des îlots du lac. Maladroit, un canard marche sur l’étendue glissante. Une pierre essaie de se libérer du gel. Autour d’elle, l’eau frissonne.

Un décor de rêve, calme et serein ! Pas étonnant que la dernière impératrice d’Allemagne ait choisi cet endroit pour ses promenades lorsqu’elle venait rendre visite à ses fils. Un pavillon — une copie de celui d’Auguste Viktoria — ainsi que quelques bancs invitent au repos et à la méditation.



C’est à cet endroit que l’impératrice aimait s’asseoir. D’ici, on peut admirer les deux parties du lac (côté est sur la photo).

Le Cimetière des Cadets

Pas de concrétions sur la partie ouest de la presqu’île. A l’intérieur de l’île, au Cimetière des Cadets, pas de glace non plus. Juste un beau duvet de neige cristallisé par le vent froid — — — et un paysage de neige qui invite à suivre le sentier qui se promène entre les arbres à quelques mètres du lac.

Ici, l’eau s’est transformée en un sol de verre. Ses reflets changeants ont été figés. Au milieu, les oiseaux se sont amassés dans un des derniers trous d’eau.

Plus près du bord, au niveau de la Plage des Princes, quelques promeneurs téméraires se promènent sur la glace à pied ou en patins. Histoire de vivre une petite aventure.



Les deux lacs

Le Grand lac de Plön est le plus grand et le plus profond du Schleswig-Holstein. Il est composé de deux parties séparées par l’île aux Princes. Ainsi, faire le tour de la presqu’île permet de découvrir deux paysages différents.

Les berges qui descendent en douceur sont une tentation. Les patineurs se retrouvent pour faire des pirouettes ou pour jouer au hockey tandis que les musiciens font vibrer la glace sans quitter la terre ferme. Les bloc de glace lancés le plus loin possible sur le lac roulent en émettant un son très particulier. Une scie musicale ou le chant d’un oiseau mélancolique.

Pour peu que le vent chasse la neige de la surface, ses eaux claires et transparentes font découvrir ses trésors.


Côté Ouest — Les patineurs du dimanche


Côté Est — Les lanceurs de glace