You are currently viewing Le cimetière de Ohlsdorf — La mort à grande échelle

Le cimetière de Ohlsdorf — La mort à grande échelle

La différence est flagrante dès qu’on compare les deux pays : le cimetière français est minéral, son voisin allemand végétal.

Évidemment, il y a des nuances et des exceptions à la règle, comme toujours. Parmi les cimetières français que j’appellerais végétaux, on trouve le superbe Père Lachaise et ses vieilles allées d’arbres. Pour ce qui est des cimetières minéraux outre-Rhin, il y a peut-être celui très particulier de Nordstrandischmoor, une toute petite île de la Mer des Wadden. La mort s’y fait discrète et pourtant radicale car on n’y trouve que quelques plaques blanchies par le sel, le vent et les marées sur le sol ras des prés salés.

Qui veut voir un lieu de sépulture allemand à la fois exceptionnel et typique, devrait aller à Hambourg. Sans avoir forcément voulu faire partie des records du Guinness, la métropole s’est payé le luxe d’un cimetière au superlatif. En effet, il s’agit du plus grand cimetière paysager du monde. Ohlsdorf, là où les anges veillent sur leurs morts, les écureuils sautillent autour des tombes et les bus freinent pour les oies.



Premier prix pour un cimetière

« Horticulture & arboriculture » —— C’est ce qu’on peut lire en majuscules rouges en-dessous du mot « Seine » sur les plans destinés aux visiteurs de la dernière Exposition universelle de Paris. Juste à côté, on distingue les contours de différents bâtiments. Aujourd’hui, ils ont disparu des terrasses de la rive gauche, mais à l’époque, en 1900, ces pavillons temporaires s’alignaient entre le Pont des Invalides et le Pont de l’Alma.

On y trouvait le palais de l’Horticulture, un lieu d’exposition composé de deux grandes verrières de 2200 m2 chacune. Construites spécialement pour cet événement qui dura six mois et qui accueillit 48 millions de personnes, les deux serres qui se suivaient en parallèle étaient en fait symétriques, la seconde étant destinée aux nations étrangères.

C’est dans celle-ci que le cimetière de Hambourg fut présenté à un public international. Une exclusivité car il était encore assez récent et en plein développement.

Le siège de l’administration, un bâtiment aux accents baroques, se trouve à l’entrée principale du cimetière. Il date de 1911, donc il n’existait pas du temps de l’Exposition universelle. Cette photo (2022) a été prise du « Althamburgischer Gedächtnisfriedhof », une partie consacrée à des personnalités de Hambourg. Leurs ossements y ont été transférés à posteriori.

Dans cette cathédrale de verre, de colonnettes et d’arcs en métal, dans ce décor de jardinières et d’arbres en pots, l’Allemagne avait son propre stand, mais à quoi ressemblait-il au juste ?

Quelques photos anciennes nous permettent de l’imaginer. Afin d’expliquer les particularités de ce cimetière « typiquement allemand », le directeur Wilhelm Cordes avait créé un modèle en relief à l’échelle 1:750 à l’aide de plaques de carton superposées. Il représentait Ohlsdorf dans son état actuel et intégrait les projets de construction à venir.

A droite, la chapelle n° 4 qui existait déjà en 1900. A gauche, le tombeau de la famille Kuball qui a été réalisé en 1925 par Richard Kuöhl dans un style expressionniste. Évidemment, ce genre de projets personnels ne figurait pas sur le plan, mais il avait ajouté par exemple des chapelles qui devaient être construites dans les prochaines années.

Ce plan en 3D trônait sur une table en plein milieu de l’espace réservé à l’Allemagne et était accompagné de 32 photographies en noir et blanc réalisées par Georg Koppmann ainsi que de 14 aquarelles en couleurs de Friedrich Wilhelm Schwinge. Plantés ici et là sur le carton colorié, de petits fanions rouges et bleus localisaient les endroits représentés aux murs. Un peu comme Google Earth aujourd’hui, Cordes avait voulu enrichir son plan topographique d’une certaine réalité photographique et d’une interprétation des lieux plus sensuelle.

À gauche, détail du pont métallique de 1889 qui traverse le Südteich. À droite, la partie supérieure de l’escalier qui fait partie du Cordesbrunnen, un bassin situé à 400 mètres de l’entrée. En bas à gauche, détail du socle de la statue du Christ.

L’exposition plut tellement que Cordes, l’association et le sénat de Hambourg reçurent un « grand Prix ». L’idée d’un cimetière paysager sublimant la mort et la décomposition au profit d’une nature consolatrice était apparemment dans l’air du temps.

Précurseurs et modèles

Au début du XIXe siècle, le monde connaît d’importants bouleversements dans les modes de pensées. Le siècle des Lumières et les restructurations engendrées par la Révolution ont un effet de sécularisation sur les loca sacra aussi. C’est ainsi que le cimetière du Père Lachaise est créé extra muros en 1804. Il peut être considéré comme un ancêtre du cimetière de Ohlsdorf.
Plus tard, d’autres modèles similaires tels que les « rural cemeteries » de New York (1838) et de Londres (1856) associent la tradition du jardin à l’anglaise à la pensée romantique de l’époque. Ce n’est que dans les années 1860 et 1870 que les premiers cimetières paysagers apparaissent en Allemagne du nord — à Schwerin et à Kiel (Südfriedhof). De par sa taille, celui de Ohlsdorf est le plus grand. Plus tard, il deviendra lui-même un modèle pour d’autres lieux de sépulture.

L’histoire de Ohlsdorf

Reprenons l’histoire du cimetière de Hambourg depuis le début.

Cette histoire débute dans la seconde moitié du XIXe siècle, à une époque où l’industrialisation, l’urbanisation et les législations hygiénistes bouleversent les structures et les traditions européennes. Ce changement concerne également l’organisation des cimetières.


Dans un esprit panthéiste de création divine, le cadre naturel varie selon les saisons. Même au début du printemps, le tombeau de la famille Rodatz (1915) profite de l’atmosphère calme et reposante d’une nature somnolante.

Pendant des siècles, les morts et les vivants avaient fait bon ménage en ville. Les lieux de sépulture étaient placés à proximité des églises et des habitations. Or, de nouvelles lois font leur apparition entre le XVIIIe et le XIXe siècle, interdisant les sépultures à l’intérieur des sites urbains. Peu à peu, les espaces funéraires sont donc désaffectés au profit de nouvelles surfaces extra-muros. Il est question d’hygiène et d’aménagement de l’espace.


La statue en marbre du Christ date de 1905 et est signée Xaver Arnold. Elle se trouve sur un plateau culminant près de l’entrée principale et domine le jardin à la française du « Althamburgischer Gedächtnisfriedhof ».

Dans le cas de Hambourg dont le port et l’industrie se développent à vitesse grand V, il faut trouver une solution aussi car la ville grandit à vue d’œil. C’est alors que Hambourg décide d’acheter 190 hectares de prés et de champs à Ohlsdorf qui se situe à 10 kilomètres de là. Plus tard, 200 hectares s’y ajouteront. Il faut s’imaginer que Ohlsdorf est alors un lieu rural. Le cimetière est d’ailleurs tellement excentré qu’en 1877, date de l’inauguration officielle, il faut compter une heure de trajet lorsqu’on prend l’omnibus tiré par des chevaux. Aujourd’hui par contre, il fait partie de Hambourg.


En haut : La fontaine de Cordes ou Cordesbrunnen a été construite d’après les plans de Wilhelm Cordes, premier directeur du cimetière. Elle est composée de deux escaliers qui entourent un bassin en grès rouge. En bas à gauche : Monumental, le tombeau de la famille Eckler réalisé par Xaver Arnold en 1905 se cache entre les arbres et les haies. En bas à droite : En avril, les massifs de rhododendrons préparent leur floraison qui attire de nombreux visiteurs entre mai et juin.


Le cimetière de Ohlsdorf est essentiellement l’œuvre de deux personnes, le premier étant Wilhelm Cordes, architecte paysagiste et directeur pendant plus de trente ans, le second, Otto Linne, qui gère et agrandit le cimetière après la mort de son prédécesseur.

C’est à Cordes qu’incombe la création d’un lieu d’inhumation en pleine nature. Humaniste et visionnaire, il suit l’esthétique des jardins paysagers romantiques et des parcs à l’anglaise. Ainsi, Cordes utilise les caractéristiques du paysage naturel et y intègre les monuments funéraires. Qu’il s’agisse de tombes, de mausolées, de chapelles ou de columbariums, tous reposent entre les arbres centenaires et sont placés près des haies. Les parterres qui privilégient les herbes et les plantes vivaces font penser aux sous-bois d’une forêt ou à la végétation des clairières.


Le tombeau de Wichmann date de 1907. Riche en éléments mythologiques et symboliques, il est l’un des plus intéressants dans le cimetière.

Le paysage, surtout dans la partie appelée « Cordesteil », épouse la forme des collines et met les lacs et les étangs en valeur. Comme dans les parcs à l’anglaise et dans la lignée des théories de Hirschfeld, les chemins sont sinueux ou du moins courbés et les éléments architecturaux tels que les escaliers et les bassins se fondent dans le décor naturel des lieux.


Imposant, le tombeau de la famille Ferdinand Fera a été réalisé par Franz Brantzky en 1908. Ferdinand Fera (1885-1918) ou « Ferzi » comme il est surnommé sur la plaque commémorative qui a été posée sous le piédestal en mosaïques dorées était commerçant en vins et a été tué à Saint-Quentin pendant la Grande guerre.


En tant que successeur de Cordes, Linne est chargé d’agencer les 200 hectares qui sont rachetés ultérieurement (le « Linneteil »). Il privilégie un concept plus géométrique et plus égalitaire. Malgré les différences d’approche, à Ohlsdorf, ce ne sont pas le deuil et la tristesse qui doivent prédominer, mais plutôt l’appartenance à un cycle naturel. Aussi, les tombes sont souvent placées en retrait et même les rangées innombrables de tombes se succèdent dans des couloirs verts.

La nature avec son effet apaisant, ses lois profondes et mystérieuses, se mêle au sentiment religieux.

Wilhelm Cordes (1840 — 1917)

Cette statue de marbre appelée couramment « Die Sinnende » a été réalisée en 1928 par Richard Emil Kuöhl. Elle fait partie du tombeau de la famille Köser et symbolise le deuil mais elle est surtout caractérisée par la beauté du vivant.

Depuis le départ, il est prévu que ce cimetière soit un lieu pour tous. Ohlsdorf est donc non seulement ouvert à toutes les confessions mais en plus, selon un principe d’égalité, toute personne doit pouvoir y reposer dans une tombe individuelle, les riches comme les pauvres.

Le fait que les trois premières personnes inhumées aient été des gens du peuple est donc symbolique ; pendant l’inauguration officielle de ce nouveau cimetière en 1877, la femme d’un menuisier et deux travailleurs sont enterrés solennellement. D’ordinaire, ils auraient été inhumés dans une fosse commune.


Sur cette parcelle destinée aux Sœurs de la Croix Rouge (1897), les tombes évoquent la simplicité dans laquelle elles ont vécu. Ça aussi, c’est Ohlsdorf.
Cette tombe sobre et toute moussue disparaît presque dans la nature.

Ohlsdorf et ses sculptures

Un secteur qui attire beaucoup de touristes est celui où reposent les grandes familles hambourgeoises. Les monuments représentatifs qui s’y trouvent ont souvent des qualités esthétiques et même artistiques. C’est donc ici, dans le « vieux Ohlsdorf » créé entre 1896 et 1905, que je me suis promenée. Cette partie ancienne regroupe aussi des sculptures du début du XXe siècle.

Ma promenade est partie de l’entrée principale mais je me suis vite éloignée des grands axes pour errer dans la partie nord du cimetière. Après une boucle qui m’a permis de découvrir les chemins sinueux du Cordesteil ainsi que ses anges gardiens, ses femmes en deuil et ses scènes de séparation, j’ai traversé la route principale qui parcourt le cimetière d’est en ouest et je suis allée à la découverte des rangées plus rectilignes et plus populaires qui s’étendent entre l’étang qu’on appelle le Südteich et la chapelle n° 4.

Voici quelques sculptures qui me semblent représentatives et intéressantes à Ohlsdorf.

Les anges

J’ai vu un ange dans le marbre et j’ai seulement ciselé jusqu’à l’en libérer.

Michel-Ange (1475 — 1564)

Derrière la statue du Christ, vous trouverez plusieurs anges en bronze qui veillent sur une tombe. Elles sont impressionnantes par leur taille, par leur esthétique et par la richesse des détails.


Les dignes pleureuses

Les représentations humaines qui accompagnent les tombes et les stèles symbolisent le deuil. Ces statues en marbre ou en métal représentent en général des femmes jeunes, belles et seules dont l’attitude songeuse et la gestuelle statique se veulent réconfortantes mais aussi mélancoliques. Ainsi, elles servent de modèle à la personne qui les regarde. Il s’agit d’une tristesse stoïque.

Un autre point commun : La beauté et la grâce du corps féminin sont toujours mises en valeur — soit par la nudité soit par des draperies ou des voiles qui épousent les corps. Pas de bourrelets ni de rides au programme, néanmoins, on remarque des différences dans les idéaux de beauté. A vous de deviner de quand datent ces sculptures…

Au fait, certaines statues ne sont pas uniques en leur genre. Par exemple, la jeune fille richement drapée qui tient une amphore en haut à droite a été fabriquée en plusieurs exemplaires si bien que vous la trouverez au Südfriedhof de Kiel également :

Les couples

La séparation est notre destin, un revoir notre espoir.

Inscription sur la tombe de la famille Heinrich Stein

Certaines sculptures thématisent aussi le moment de la séparation en représentant la souffrance de l’adieu ou en la sublimant par des références mythologiques.

Ainsi, le couple du tombeau de la famille Rübcke (auparavant Fritz Gerstenkorn) est composé de deux statues en bronze qui encadrent un panneau central en granit rouge. Il s’agit apparemment d’une scène d’adieu où dominent chagrin et accablement. Même si l’homme, un pèlerin ou voyageur, est retourné, sa tristesse est visible. C’est comme s’il s’en allait malgré lui. La femme qui est séparée de lui par l’élément central de la stèle n’arrive pas vraiment à retenir ses larmes. La séparation a déjà eu lieu : le couple ne se regarde pas et ne se touche pas. C’est par le biais d’une couronne de fleurs qu’ils sont encore en relation.


Monument signé Hugo Klugt (1909)

Dans le cas du tombeau de Schumacher/Wulff qui date de 1920, le mythe d’Orphée et d’Eurydice a été emprunté afin de sublimer cette séparation. Ici, Arthur Bock reprend l’histoire d’Eurydice, une jeune femme arrachée à la vie. Orphée, reconnaissable à sa lyre, est en train de conduire sa bien aimée à travers le monde des morts.

Qui connaît le mythe antique, sait que le jeune homme succombera finalement à la tentation. Avant de sortir des enfers, il se retournera pour regarder Eurydice, ce qui lui avait été interdit en allant la chercher. C’est pour cette raison qu’il finira par perdre définitivement sa dulcinée. Cependant, dans cette représentation moderne, nous restons sur l’image du couple réuni.



Ohlsdorf en chiffres

Vous le saviez ? Le plus grand cimetière du monde est le Wadi-us-Sallam. Il se trouve à Najaf en Irak. Ensuite viennent le cimetière national de Calverton et le cimetière national d’Abraham Lincoln aux États-Unis. Le cimetière de Ohlsdorf est le quatrième sur la liste. Voici quelques chiffres.

Superficie totale389 hectares
Nombre de tombes235.000 (80% d’urnes)
Total de personnes inhumées1.400.000 dont 200 célébrités
Nombre d’inhumations par anenviron 4.500
Nombre de visiteurs par anplus d’un million
Parc36.000 arbres
450 différentes espèces d’arbres
15 lacs et étangs
2.800 bancs
800 sculptures
11 chapelles
Infrastructure2 lignes de bus qui traversent le cimetière et 24 arrêts de bus
(Eh oui, le bus passe vraiment dans le cimetière
et on peut vraiment garer sa voiture le long de la rue principale)
17 km de routes asphaltées (30 km/h)
80 km de chemins et de sentiers
120 km de systèmes de canalisation et 700 puits

Les célébrités de Ohlsdorf

A côté des secteurs collectifs qui regroupent certains chapitres de l’histoire mondiale ou hambourgeoise — je parle des tombes de soldats morts au combat et de pompiers disparus lors d’un incendie ravageur, des victimes de l’inondation de 1962 ou des victimes de camps de concentration —, il y a bien évidemment des lieux de sépulture hautement individuels à Ohlsdorf.

Ce sont les tombes de personnalités qui ont influencé la vie culturelle ou politique allemande. L’ancien chancelier Helmut Schmidt (1918-2015) et sa femme Loki par exemple. Ou bien certains Hambourgeois très connus tels que Carl Hagenbeck (1844-1913), créateur du zoo de Hambourg, ou « Sexy Cora » (1987-2011), une célébrité dans le monde de la pornographie et des quartiers chauds.

Ces tombes étant disséminées un peu partout dans le cimetière, il vaut mieux se renseigner au préalable avant de s’y rendre. Je ne ferai que citer certains noms car le public français ne les connaît que rarement :

  • Heinz Erhardt (1909-1979), comédien populaire et humoriste de l’après-guerre
  • Inge Meysel (1910-2004), comédienne et actrice populaire
  • Roger Cicero (1970-2016), chanteur et compositeur de jazz et de swing
  • Wolfgang Borchert (1920-1947), écrivain de l’après-guerre
  • Roger Willemsen (1955-2006), intellectuel et multi-talent (on remarque ma préférence), écrivain, essayiste, modérateur et philosophe
  • Jan Fedder (1955-2019), acteur populaire, personnage principal du fameux « Tatort »

Pour finir, j’aimerais parler d’une statue originale, celle de Christopher Rave (1881-1933) dont on ne soupçonne pas la vie mouvementée lorsqu’on contemple sa tombe à moitié cachée dans les rhododendrons. La sculpture qui se trouve près de la chapelle n° 4 le représente (et pas une jolie jeunette) avec un aigle derrière l’épaule. C’est un de ses élèves, Valentin Kraus, qui l’a réalisée.

Déjà âgé, il est assis, vêtu de son manteau, de son chapeau et de ses chaussures — comme prêt à affronter tous les temps. Un livre sur les genoux et la canne à la main, il regarde devant lui et semble réfléchir.



En lisant sa biographie, on apprend que ce peintre et cameraman des premières heures a été aussi explorateur. Pendant des années, il a voyagé à bord de différents voiliers, manquant de mourir à plusieurs reprises pendant ces expéditions parfois houleuses ou glaciales, mais finalement, ce n’est pas un naufrage ou une amputation dans le cercle polaire qui aura raison de lui. Atteint d’un cancer du larynx qui lui ôte l’usage de la parole, il préfère mettre fin à ses jours.



Adresse et lien

Friedhof Ohlsdorf
Fuhlsbüttler Str. 756
22337 Hamburg

Site web