Les anciennes tourbières de Torfhaus

Quelle surprise en arrivant à 800 m d’altitude et en découvrant que Torfhaus ne correspond pas tout à fait à son nom! En effet, Haus signifiant ‘maison’ et Torf ‘tourbe’ (donc ‘maison des tourbes’), le germanophone a tendance à s’imaginer une maison isolée sur les hauteurs du Harz. S’il a de l’imagination et qu’il est un brin romantique, il voit devant lui une vieille baraque en bois, en plein milieu des tourbières, un peu comme Jane Eyre, marchant seule dans les épaisses bruyères desséchées.

Or, la maison qui a dû donner son nom au lieu s’est transformée depuis en un village de vacances assez important. Des chalets uniformes en bois sombre et à l’aspect nordique, recroquevillés les uns sur les autres comme un troupeau de moutons, accueillent les touristes à la recherche de stations de sports d’hiver et les estivants qui veulent partir à la découverte des nombreux chemins de randonnée et de VVT. Un lieu étrange, pas vraiment romantique au premier abord, axé sur le tourisme sportif. D’ailleurs, qui a loué son chalet et oublié quelque chose à la maison, n’a juste qu’à traverser la route pour s’équiper. Le magasin de sport Globetrotter se trouve juste en face.

Heureusement, Torfhaus a plusieurs atouts, en particulier une vue intégrale sur le Brocken et la nature environnante. Donc, laissons la voiture sur le grand parking payant (mais pas trop) et partons à la découverte de ce lieu situé à 9 kilomètres de Bad Harzburg à vol d’oiseau. En route vers le parc national du Harz!

Vue panoramique sur le Brocken, point culminant du Harz, en partant de Torfhaus

Sur les pas de Goethe

Dans le Harz, il y a un nombre incroyable de sentiers de randonnée. C’est valable également pour Torfhaus d’où l’on peut partir à la découverte des paysages de montagne et même d’une grande zone de tourbières. Un des chemins allant au Brocken passe par ici. Il s’agit du fameux Goetheweg.

A ceux qui veulent faire une belle petite promenade, je conseille vivement un circuit de 4,5 km qui permet de découvrir les particularités de la montagne du Harz. On passe non seulement dans les forêts de pins mais aussi, grâce aux deux zones de platelages, dans les anciennes tourbières de Torfhaus.

Les chemins sur pilotis du Wald-Wandelweg font découvrir l’écosystème des tourbières de la région sur 180 m.

Il est possible de faire le circuit en partant du Besucherzentrum. Dans ce cas, il faut suivre le panneau Wald-Wandelweg. Plus tard, après avoir emprunté le chemin sur pilotis qui sert de chemin d’exploration et qui est truffé de panneaux explicatifs sur l’écosystème des tourbes, il faudra quitter le chemin de l’empereur, le Kaiserweg, pour prendre le chemin de Goethe, le Goetheweg.

Ce sentier mythique va jusqu’à une vallée tout aussi légendaire, le Bodetal, en passant par le Brocken qui est la montagne la plus élevée du Harz. C’est en décembre 1777 que Johann Wolfgang Goethe, alors encore jeune et pas encore si connu, décida d’aller jusqu’au Brocken pour la première fois. La légende veut que son guide de montagne ait essayé de l’en empêcher mais qu’ils aient fini par le faire tout de même, en pleine tempête de neige. A l’époque, pas de ligne de chemin de fer pour monter là-haut. Il fallait compter sur ses pieds. Par la suite, Goethe y retourna encore trois fois si bien que le chemin fut baptisé Goetheweg en son honneur.

En route, on peut bifurquer sur la gauche (ce chemin est indiqué par des panneaux bien sûr!). Nous voilà alors sur un platelage qui longe la Grande Tourbière, le Große Torfhausmoor.

La Grande Tourbière (Torfhausmoor) qui date de plus de 10 000 ans fut exploitée entre 1713 et 1786.

Il s’agit d’une tourbière de 30 hectares dont la couche de tourbe va jusqu’à cinq mètres de profondeur. Par chance, on abandonna son extraction assez rapidement, à savoir en 1786.

Sur 1,5 km, vous longerez un fossé aux eaux sombres construit en 1827 et appelé Abbegraben.

Goethe n’a jamais vu ce fossé appelé Abbegraben puisque celui-ci fut creusé plus tard.

L’Abbegraben fait plus de 1,5 km de long et fut creusé afin d’alimenter les mines autour de Clausthal d’où l’on tirait entre autres de l’argent, du cuivre et du plomb. Dans le cas présent, on canalisa l’Abbe, ruisseau naturel. Cela vous étonnera peut-être mais même si ce fossé vous paraît tout à fait banal, il fait cependant partie d’un système complexe de canaux artificiels inscrit au patrimoine mondial culturel de l’UNESCO.

Le centre d’information de Torfhaus

A Torfhaus, on peut aussi visiter le centre d’information du Parc National, le Nationalpark-Besucherzentrum Torfhaus (Quel nom à rallonge!). Celui-ci se trouve juste à côté du parking et permet d’avoir des renseignements sur la géologie, la flore et la faune de la région. Cette visite est d’ailleurs gratuite.

Vous ne savez pas à quoi ressemble le scolyte du pin, coléoptère xylophage dont on a longtemps dit qu’il faisait des ravages? Vous ne savez pas non plus pourquoi il avait si mauvaise réputation encore récemment, surtout dans le Harz où on le craignait comme la peste? Et pour quelles raisons, de nos jours, on commence à prendre conscience de son utilité dans la résilience écologique de la forêt?

Alors, avant ou après la randonnée, faites un tour au centre d’information du Parc National Torfhaus et si vous le pouvez, demandez des explications aux spécialistes qui travaillent sur place. Vous apprendrez entre autres que le Harz est le seul endroit en Europe en phase d’expérimentation concernant le scolyte. Peut-être pourrez-vous même faire une sortie avec un des rangers.

En tout cas, vous comprendrez ensuite pourquoi on trouve autant d’arbres morts dans la forêt. Les gardes forestiers du Parc National ne chôment pas ! Au contraire, il s’agit ici de laisser la nature à elle-même et de prouver qu’un écosystème est capable de se réguler sans que l’homme n’intervienne.

Au fait, devant le bâtiment, ne manquez pas d’admirer la grande sculpture en bois coloré représentant les animaux emblématiques du Harz: la libellule, la truite, la salamandre et le lynx.

Quelques liens utiles:

Laisser un commentaire