La voilà, la jolie vigne

Du vin en Saxe? Qui l’eût cru? En matière de vins allemands, on connaît en général les bouteilles dorées de la Moselle et celles tout aussi claires des bords du Rhin mais il n’y a que peu de monde à parler d’un tout petit vignoble situé dans la région de Dresde. Il faut dire qu’avec ses 500 hectares et un rendement de 47 hl/ha, il ne représente qu’à peine 0,3% de la production de vin allemande. En plus, il est tout petit car il s’étire sur moins de 50 km autour de la capitale de la Saxe, épousant gentiment le cours de l’Elbe. Pourtant, il a de la bouteille, ce vin, car il existe au moins depuis le XIIe siècle. Et il détient non seulement le record du vignoble situé le plus à l’est du pays mais il est aussi l’un des plus septentrionaux. En fait, il profite d’un sol qui s’y prête et d’un microclimat Tarif Solaire Préférentiel sec et ensoleillé. Ses vins sont rares mais prisés et vous y trouverez même un vigneron français aux créations sympas comme « Chéri » ou « Tu le mérites ».

La Saxe fait dans le blanc qui représente plus de 81% des vins saxons. On y trouve d’ailleurs des spécialités uniques en Allemagne comme le Goldriesling.

Radebeul et ses coteaux

C’est à Radebeul que je vous emmène, juste à côté de Dresde. Ici, on avait déjà des vignes en 1271 et sur 84 hectares qui poussent autour de la « Nice Saxonne », 30 mûrissent tranquillement sur les côteaux de Lößnitz, les doigts de pieds en éventail et le nez rougi par le soleil.

Bien placées sur des pentes inclinées jusqu’à 30%, toutes ces belles grappes surplombent la vallée de l’Elbe et observent avec recul les tours baroques de la capitale qui lèvent le doigt pour se faire remarquer. Un chemin de randonnée appelé la Route des Vins de Saxe (Sächsischer Weinwanderweg en allemand) invite à faire de même. Tout comme moi. Alors, prenons de l’altitude et allons goûter au vin fruité de Lößnitz après avoir sillonné les vignes. Notre objectif? La Tour Bismarck et surtout le Spitzhaus avec sa belle terrasse.

Dans les vignes

En partant des quartiers bas de Radebeul, on peut accéder aux vignes à différents endroits. Pour aller jusqu’en haut, on peut évidemment emprunter l’escalier baroque connu sous le nom de Spitzhaustreppe mais je vous conseille plutôt de le prendre au retour. La Route des Vins reconnaissable aux plaques violettes symbolisant une grappe de raisins vous fait démarrer dans le Augustusweg. Une très bonne idée, ma foi!

Admirez au passage les belles villas de la Eduard-Bilz-Straße et passez par la Weinbergstraße où les domaines viticoles allèchent le voyageur en l’invitant à s’asseoir et à déguster. Ici, vous remarquerez que les maisons représentatives sont à deux pas des vignes car celles-ci commencent directement dans les jardins.

C’est juste avant cette belle maison de vigneron datant de 1680 que se cache notre chemin:

Il s’agit d’un petit chemin sur la droite qui s’appelle d’abord Weberstraße puis Eggerstraße et qui monte gaiement vers une surface boisée. Le paysage y est déjà idyllique. Disparaissons un peu dans la forêt pour gravir les marches en bois et profitons de quelques bancs et d’un ou deux points de vue pour découvrir la vallée de l’Elbe. Un ou deux virages et nous voilà sur un chemin qui se faufile entre les vignes et qui longe de très beaux murets.

Tout ce système d’escaliers et de terrasses a 400 ans et est classé historique depuis 1999. A l’automne, évidemment, les vignes dévoilent tout leur charme en faisant roussir les feuilles et violacer les grappes.

Cette partie est assez sportive et certains auront besoin de souffler entre deux mais pensez à la récompense dès que vous aurez trouvé une petite place sur la terrasse du Spitzhaus.

En montant vers votre remontant, vous pourrez jeter un coup d’oeil sur la Tour Bismarck qui date de 1907. Cylindrique, elle repose sur un socle carré et fait en tout 18 mètres de haut. C’est Wilhelm Kreis, l’architecte du musée de l’hygiène de Dresde, qui en fit les plans. De sa plateforme, on a une très belle vue sur Radebeul et la vallée de l’Elbe.

Le Spitzhaus

Enfin, vous voilà tout en haut, à la hauteur du Spitzhaus! C’est l’heure de faire une petite halte.

Ce beau bâtiment baroque existe depuis 1622 et s’appela longtemps « Maison haute » ou Hohes Haus en raison de sa situation élevée. Par la suite, il changea de nom lorsque le toit fut refait en 1672. Ses tours pointues lui valurent alors le nom très logique de Spitzhaus, ‘spitz’ signifiant ‘pointu’. Au XVIIIe siècle, le prince-électeur, propriétaire des lieux, et sa cour venaient y festoyer régulièrement. Après avoir souvent changé de maître, ce chatelet abrite désormais un restaurant et quelques chambres d’hôtel.

il est grand temps de vous installer sur la terrasse.

L’après-midi, c’est un peu self-service. Vous le verrez au panneau « Selbstbedienung ». Le personnel est là pour vous servir mais il faut aller au comptoir de la terrasse. Le soir, c’est certainement plus classique. En tout cas, la vue est splendide et le cadre romantique à souhait. Ne manquez donc pas de goûter au vin blanc de la région pendant que vous sentez les grappes transpirer. Qui a peur de rentrer pompette, peut mettre de l’eau dans son vin (c’est le cas de le dire): Sur la carte, vous trouverez aussi le mot Weinschorle qui est un vin coupé avec de l’eau pétillante. Accompagné d’un gâteau de la région comme la Eierschecke, ça passe très bien.

De la terrasse, vous profiterez du site. Levez les yeux pour admirer le toit et comptez les tours de Dresde avant de reprendre votre route, tout ragaillardis.

Le pavillon et les escaliers baroques de l’Himalaya

C’est maintenant que vous pouvez prendre les escaliers. Cette fois-ci, c’est facile. Ça descend tout le temps. Juste en face des premières marches, vous verrez un petit pavillon aux couleurs chaleureuses. Il n’a pas l’air si vieux que ça et pourtant, il a été construit en 1751, lui aussi, sur les plans de l’architecte baroque Pöppelmann.

De nombreuses citations sur le vin décorent le mur intérieur du Muschelpavillon (1751). Assis sur le banc, vous êtes juste devant le long escalier qui relie le domaine viticole de Hoflößnitz au Spitzhaus.

En tout, cet escalier qui est le plus long escalier baroque de Saxe fait 220 mètres de long et 76 mètres de haut. On l’appelle de nos jours aussi l’escalier de l’Himalaya car depuis 2005, on peut participer à un marathon appelé la course d’escalier du Mount Everest (Sächsischer Mt. Everest Treppenmarathon). Il paraît qu’en 24 heures, on parcourt 84,39 kilomètres sur un dénivelé de 8848 mètres ce qui correspond à la hauteur de l’Himalaya.

En bas, un coureur s’entraîne pour la course d’escalier de Radebeul.

De l’escalier, vous pourrez profiter de la jolie vue. Radebeul se trouve à vos pieds, un méandre de l’Elbe sur la droite. Les vignes qui poussent sur votre droite appartiennent au Goldener Wagen dont vous voyez l’emblême sur le porche ci-dessous.

Arrivés tout en bas de l’escalier, plusieurs caves vous proposent de déguster et d’acheter. Libre à vous….

La voilà, la jolie vigne de Radebeul!

Laisser un commentaire