La Tour du Parnaß

« Tout est relatif, et cela seul est absolu. » Cette loi paradoxale exprimée par Auguste Comte vaut aussi pour la tour du mont Parnaß.

Nous sommes à Plön, une jolie petite bourgade à 26 kilomètres de Kiel. Dans la famille des superlatifs, il y a le mont Bungsberg pas très loin qui s’élève à 168 mètres de haut — un record ici!

Le mont Parnaß dont il est question dans cet article fait 66 mètres, donc dans l’absolu, nous sommes très loin des grands massifs grecs. Il semblerait d’ailleurs que les habitants de la « Suisse du Holstein » n’aient pas le compas dans l’œil car c’est quand même un peu gonflé de comparer un paysage de collines avec les Alpes et en levant les yeux vers le sommet du Parnaß de Plön, on a franchement du mal à voir 2000 mètres de montagne ou des muses qui dansent autour d’Apollon. Il s’agit plutôt d’une butte surplombant un parterre désordonné de lacs et de bois (mais beau, le parterre et c’est pourquoi j’en parle!).

En route vers la plate-forme de la tour Parnaß qui est à 85 m d’altitude

En fait, le nom de la région apparut à la fin du XIXe siècle. Les gens riches qui pouvaient se permettre de voyager s’étaient épris d’air frais. Ils allaient à la mer ou dans les Alpes. Parler de son dernier voyage en Suisse faisait très chic dans le bonne société. Aussi, les hôteliers du coin se mirent à comparer leur relief fait de belles vagues verdoyantes aux montagnes suisses. Ils en vinrent même à construire leurs bâtisses dans le style alpin pour recevoir leurs hôtes. Il faut avouer que quelques artistes peintres leur avaient mis la puce à l’oreille. Certains étaient passés par là vers 1860 et avaient cru voir une certaine ressemblance…
Quant à la butte Parnaß, il est difficile de dire qui lui a donné son nom mais avouez que ça fait quand même plus classe, surtout lorsqu’on prend en considération que la ville accueillit des princes et même des empereurs dans le passé.

Restons dans les comparaisons: Même si ça vous a effleuré l’esprit, il n’y a pas de relation directe entre la tour de Plön et celle du quartier Montparnasse à part le nom! Les Allemands n’ont pas copié car cette petite tour en métal est bien plus ancienne que la géante de Paris, elle est même plus vieille que la tour Eiffel. C’est en 1888 que le « Verschönerungsverein » de Plön, littéralement « l’association d’embellissement », la fit construire. Ne riez pas trop! Aujourd’hui, en France, on mise sur les parterres et ronds-points fleuris. C’est un peu pareil. Chacun sa spécialité.

A cette époque, les Allemands ne plantaient pas de bulbes et de mini-palmiers partout, leur truc, c’était les tours et les colonnes. Au mieux, chaque élévation devait avoir son édifice et qu’ils soient en bois, en métal ou en pierre, ils rendaient hommage aux deux grands hommes du moment: Otto von Bismarck et l’empereur Guillaume Ier. Rien que pour le chancelier, on compte encore 146 tours sur le territoire allemand actuel. De 1871 à 1914, on assista à une véritable « Bismarckomanie ».

Cependant, ces tours avaient aussi un objectif nationaliste: Elles devaient démontrer au touriste l’étendue et la beauté de l’empire germanique.

Les belles montagnes de la Suisse Holsteinienne (vue sur Rathjensdorf)

Les lacs de la « Plöner Seenplatte »

La tour de Plön qui fait 20 mètres de haut offre une vue panoramique sur un bon nombre de lacs de la région. J’en énumère quelques-uns: les deux lacs de Plön (le grand et le petit), le Stocksee, le Schöhsee, le Trammer See, le Schluensee, le Behler See, le Vierersee, le Suhrer See et le Dieksee. Et il y en a encore plus loin.

Voici une partie du grand lac de Plön et ses fameux Warder, îlots qui sont aujourd’hui inhabités mais qui ont abrité la population d’origine avant le Moyen-Age. Sur la liste des plus grands lacs d’Allemagne, il est le cinquième.

Pas d’ascenseur pour monter tous les étages en 38 secondes mais un bel escalier très aérien et 99 marches.

A l’origine, les auteurs de cette initiative privée voulaient bâtir une tour massive mais faute de moyen, ils se contentèrent au final d’une construction en acier. La tour en métal repose donc sur un socle en briques. Même si ça tangue un peu quand il y a du vent, c’est du solide. L’ensemble du bâtiment a été restauré dans l’amour de l’art dans les années 1980.

La construction légère a un grand avantage: Les ouvertures permettent de voir le paysage tout au long de l’ascension. Arrivé sur la plate-forme, on est décoiffé mais étonné de voir combien de lacs se succèdent et s’emboitent. On se trouve devant un joli puzzle fait de miroirs argentés ou bleutés, de toitures rouges et de maisonnettes bien rangées. Tout autour, les champs et les forêts forment des vagues qui vont se perdre joliment vers l’horizon. La « Suisse du Holstein » quoi!

Le château baroque de Plön appartient à l’empereur actuel de la lunetterie Monsieur Fielmann.
Une rue de Plön. Au fond, dans la brume, on aperçoit le cordon qui sépare le grand du petit lac de Plön.
Devant, le Schöhsee et l’ancien château d’eau qui date de 1913.
Une des îles du Trammer See vers le Nord-Nord-Est

Une tour, deux -ismes!

Si vous allez voir la façade sud du socle, vous verrez trois niches représentatives. L’une d’elles, celle du milieu, honore les soldats morts pendant la première guerre de Schleswig qui eut lieu de 1848 à 1851 et celle qui éclata entre la France et l’Empire en 1870. Comme pour montrer sa légitimité, le buste de Guillaume Ier trône tout en haut. Au centre des deux autres niches, on trouve deux croix. Celle de gauche affiche l’emblême du Schleswig-Holstein alors que celle de droite porte la couronne impériale. Le vœu formulé en bas-allemand montre l’envie des habitants de la région de voir le Schleswig et le Holstein « unis pour toujours » (« Up ewig ungedeelt »). L’autre phrase « Das ganze Deutschland soll es sein! » a une portée nationale d’où la couronne et le W de l’empereur Wilhelm.

Comme je l’annonçais: A l’époque, cette tour avait un fond patriotique. Aujourd’hui, elle est simplement touristique. Comme quoi, là aussi, tout est relatif.

Informations utiles

L’accès au Parnaßturm est gratuit. La tour est ouverte de Pâques à fin octobre (heures d’ouverture de 9.30 à 19 h). On peut se garer juste à côté, sur un petit parking.

De la tour, de nombreuses randonnées sont possibles. Voici quelques photos de ce qui vous attend si vous faites le tour du Trammer See:

A faire dans le coin

Laisser un commentaire