La semaine de Kiel

La ville de Kiel est connue en dehors des frontières allemandes pour deux raisons. D’abord, il y a le canal de Kiel qui relie la mer Baltique à celle du Nord et qui permet de transporter chaque jour des tonnes de marchandises en évitant les remous du détroit de l’Øresund. Ensuite, il y a ce qu’on appelle en allemand la Kieler Woche. C’est de cet événement dont il est question ici.

« Woche », ça veut dire semaine et dans le cas présent, on peut même dire « grande semaine » car la manifestation dont il est question commence officiellement le samedi et s’arrête le dimanche d’après par un énorme feu d’artifice. En fait, pour les habitants de Kiel, la Kieler Woche, c’est un peu comme le banquet d’Astérix et Obélix. La fête d’un village de 246 000 habitants qui attire plus de trois millions de visiteurs. Dans les statistiques, tout apparaît au superlatif, surtout quand on lit les chiffres officiels présentés par la ville de Kiel. C’est vrai qu’à Kiel, on en est fier de cette fête. On la connait depuis 1882 (avec une petite coupure de courant pendant la guerre) et on sait que ce sera bourré de monde mais que le ciel ne nous tombera pas sur la tête. Tout au plus de la pluie et ce n’est pas tout à fait un hasard. En général, bizarrement, un bon vent de tempête se manifeste en cette fin de juin et c’est bien comme ça car on en a besoin. Donc c’est plutôt avec un K-way qu’avec un pantalon court qu’on la visite.

Maquettes des grands voiliers qui participèrent aux premières régates sous l’Empereur Guillaume II

Cette Kieler Woche, on la voit déjà venir de loin quand on habite à Kiel. D’abord, dans la presse, on a le droit à la question annuelle: Est-ce que le design de l’affiche qui a été retenue cette année à l’issue du concours international est un bon choix? En général, on s’attend bien évidemment à y voir du bleu, des vagues et des voiles puisqu’à la base, la Kieler Woche passe pour être une des plus grandes régates du monde. On parle même de « la mère de toutes les régates ». Et ce design est récurrent dans la ville, surtout sous forme de grands drapeaux verticaux hissés le long des grands axes et des ronds-points. Pendant des semaines, les panneaux lumineux et les radios régionales font de la pub pour annoncer les stars nationales et internationales qui participeront aux nombreux concerts en plein air et les bus se coiffent tout d’un coup de petits fanions qui leur donnent un air coquin pendant que, peu à peu, les vieux gréements arrivent de partout dans le fjord. Ça parle dans toutes les langues le long des quais, plus que d’habitude et pas seulement russe ou suédois mais aussi français et espagnol.

Les enfants des écoles primaires de Kiel sont tout contents, ils savent qu’on ne leur donnera pas de devoirs pendant cette semaine. Et les adultes quant à eux se préparent mentalement à aller en ville avec le bus ou avec le train même s’ils savent que les horaires seront assez hasardeux. Dans cette ville bien organisée et assez pépère, on s’attend aux bacchanales, au moment de la liesse et du désordre. Il y en aura pour tout le monde pendant une bonne semaine.

A faire pendant la semaine de Kiel:

Pour les amateurs de voile, c’est le moment des compétitions de voile au large, vers Schilksee, ainsi que de la « Windjammerparade » où une centaine de grands voiliers traditionnels remontent ensemble le fjord. C’est aussi l’occasion de bien rire et de vibrer car il y a également des activités et des concours ludiques, parfois loufoques même, sur le nouveau point d’eau du centre-ville.

Pour ceux qui aiment la musique, le slam, les spectacles sportifs, folkloriques ou culturels, il y a des artistes amateurs ou professionnels en tous genres qui mettent de l’ambiance sur les places, dans les rues du centre-ville ainsi que le long du Ostseekai. En tout, ça fait 2 200 spectacles dont plus de 400 concerts. Pour les amateurs de bonne chair, je conseille le village international qui se trouve sur la place de la mairie et où l’on peut manger de tout, du plat pakistanais de riz aux pois chiches au steak de renne finlandais. En tout, vous trouverez plus de trente nations représentées ainsi que leurs stands où se vendent des articles plus ou moins artisanaux. Assistez à un des spectacles donnés devant la mairie. Ce sera peut-être l’occasion de voir des danses indiennes, d’écouter un concert de rock/jazz/blues ou de découvrir un sport inconnu en France comme l’AROHA, mélange de Kung-fu, de Taichi et de Haka. En fait, il y a deux solutions: soit se laisser surprendre au gré de votre promenade soit consulter le programme auparavant et venir aux bonnes heures. Evidemment, il y a un sacré peuple et il faut aimer piétiner quand ça bouchonne.

Pour les enfants, il y a la fameuse Krusenkoppel où l’on peut s’éterniser en participant à la construction commune d’un monde féérique. Les petits s’en donnent à coeur joie avec leur marteau, des kilomètres de bouts de laine et des tonnes de pots de peintures ou ils jouent dans l’eau ou dans les bains d’argile. Des jeux, des concerts, de l’aventure assez bio ma foi, mais hyper sympa. Pour pas mal d’adolescents, la Kieler Woche, c’est aussi le moment de se promener sans les parents. La première cuite d’ailleurs parfois aussi.

Et maintenant, un must: Si vous voulez vous en mettre plein les yeux, il faut aller à un des spectacles de montgolfières et aux Night Glows qui ont lieu sur le Nordmarksportfeld près de l’université. Cinq fois en tout quand le temps le permet, jusqu’à 70 équipes se retrouvent en fin d’après-midi pour gonfler leurs montgolfières. Elles s’envolent toutes en même temps pour revenir (en voiture) en fin de soirée. Alors, quand la nuit est tombée, elles offrent un spectacle de son et lumière qui finit par un grand feu d’artifices. C’est sur ce vaste terrain (qui a d’ailleurs accueilli Michael Jackson en 1997) que sont proposées des démonstrations de parachutisme et de vol. Le week-end, on y trouve par exemple plusieurs clubs d’aéromodélisme qui volent librement.

Laisser un commentaire