La Schlei sens dessus dessous: « Vive l’hébertisme! »

Oïez, oïez, braves gens! Je m’adresse à vous, les adeptes de la méthode naturelle et à vous, les traceurs qui aimez les spots en pleine nature:

Si un jour, vous êtes dans le coin, c’est-à-dire dans le Schleswig-Holstein, allez du côté de la Schlei car vers Rieseby, il y a un site parfait pour faire deux ou trois heures d’hébertisme et voir du pays. Je ne parle pas d’une piste aménagée mais d’un sentier traditionnel. Je l’ai testé et sincèrement: il est vraiment top!

Au fait, ceux qui veulent simplement une belle randonnée, ne seront pas en reste non plus car le cadre est magnifique. Il y a tout ce qu’il faut: un beau sentier le long d’une falaise qui monte et qui descend tout le temps, de l’eau à gogo, une belle forêt bien romantique et des collines herbeuses, sans oublier les champs de colza au printemps du côté de Büstorf. Et si vous faites la boucle en allant dans le Petriholz, vous verrez même ce qu’on appelle des « Hügelgräber », sortes de tumulus de l’âge de bronze. Pas mal, non?

Le « parkour » de Gut Stubbe

Tout simplement parfait, ce parcours, parce que le cadre permet de faire tous les exercices préconisés par Georges Hébert. Mais au juste, qu’y a-t’il de si spécial dans le Jahnsholz? Du reste, l’hébertisme, ça peut se pratiquer partout pour peu qu’il y ait un peu de nature.

Pour commencer, le parcours longe une partie de la Schlei, un très joli bras de mer entre Kiel et la frontière danoise. Nous sommes entre Gut Stubbe et Gut Büstorf, pas très loin de la mer Baltique.

La Schlei entre Gut Stubbe et Rieseby (rive sud)

Ici, il y a assez d’eau pour tout le monde, on longe la « côte » sur des kilomètres et on passe même devant quelques micro-plages qui invitent à la nage dès qu’il fait assez chaud pour le faire. Au bord d’une petite crique, quelqu’un a même pendu une corde à un arbre. Un petit bout de bois noué à la hauteur du nombril, une belle balançoire. Une invitation…

Et comme le sentier de randonnée se trouve en grande partie dans une forêt accidentée, on peut marcher, courir et faire de la grimpette dans les grands hêtres ou jouer à l’équilibriste sur les nombreux troncs qui barrent le chemin. La devise du jour: « Être fort pour être utile ». Se prendre au jeu du spot. Sans penser au regard des autres, sans faire partie des scouts pour autant. Marcher, courir, grimper, sauter, faire de l’équilibre, de la quadrupégie, lever, porter, lancer, nager. Redevenir enfant, léger, libre. Redécouvrir son corps, le faire bouger au naturel. Des verbes d’action, des gestes simples et naturels dans une nature qui a vécu.

Ici, la rive ressemble souvent à un cimetière d’arbres. Un vrai chablis. Certains sont carrément couchés dans l’eau, leurs souches sèchent à la verticale, les houppiers ont déjà disparu, emportés par la mer. Les troncs se font délaver par les courants d’eau salée. Ça en fait des murs de racines à escalader.

D’autres sont sacrément inclinés et il n’y a pas besoin de dons divinatoires pour savoir que ces hêtres sénescents vont finir bientôt dans la Schlei eux aussi. Enfin, il y a les chandelles et les arbres déchirés et cassés par les tempêtes. Çà et là, on trouve des volis qui gisent par terre ou qui ont été retenus par d’autres arbres pendant la chute. Alors, ils dessèchent à l’oblique.

A certains endroits, la falaise s’est tellement décomposée qu’il s’est créé un couloir de sable mou. Pour le coup, c’est l’endroit idéal pour sauter ou pour prendre son élan avant de glisser jusqu’à l’eau et de remonter en courant à quatre pattes.

Soyez vigilents cependant et évitez de gêner les oiseaux qui ont creusé leurs terriers dans les murs de sable ainsi que toutes les autres bestioles et communautés saproxyliques qui ont élu domicile entre les racines mortes ou encore vivantes d’ailleurs. Les bords regorgent de petites cavernes, l’eau a dénudé les racines des arbres.

Epargnez aussi les petites primevères jaunes qui poussent en tapis le long de la falaise au printemps. Même si on ne s’en rend pas compte, il s’agit là d’une plante rare (catégorie 2 sur la liste des espèces menacées) qui ne pousse que dans certains biotopes du Schleswig-Holstein. Les plus importantes populations se trouvent d’ailleurs dans cette zone du bord de la Schlei. Les falaises et les bandes de sable du Jahnsholz sont donc à parcourir attentivement.

Vous êtes en bord de forêt et le sentier bien tracé fait traverser des petits cours d’eau qui vont se jeter dans la Schlei et qui ont créé des petites vallées entre les arbres. Tous ne sont pas munis d’un pont. Alors, il faut sauter ou tester son équilibre sur un amas de branches.

Soudain, on se retrouve devant tout un tas de pierres. Qui veut immortaliser son passage aussi?

Plus loin, vers Gut Büstorf, la forêt cède la place à une roselière, reste d’une petite lagune certainement (on les appelle « Noor » ici), et l’eau ruisselle en bandes larges sur le sentier pour retrouver la Schlei. Au printemps, pour éviter de se mouiller en marchant sur le chemin sableux, il faut jouer au funambule et viser les pierres, sauter ou se fabriquer un pont avec des branches d’arbres.

Büstorf

Le retour se fait par les champs et forêts en traversant le domaine agricole de Gut Büstorf. Direction Petriholz et ses « Hügelgräber » pour retrouver Gut Stubbe. A moins que vous ayez envie d’aller jusqu’à Rieseby.

Gut Stubbe

Le parcours débute à Stubbe, sur un parking situé juste à côté de la voie de chemin de fer et à quelques centaines de mètres du château appelé Gut Stubbe. Avec sa prédominance de tons rouges, son cadre bucolique et ses jolies petites poules en liberté, le site est très idyllique et a un gros avantage pour l’estomac: il y a un café-restaurant au sein du domaine.

Gut Büstorf par contre ne vous ouvrira pas ses portes. Vous y trouverez tout au plus quelques granges immenses, une scierie et une belle vue sur le Büstorfer Noor. Le château a été détruit dans les années 1980.

Donc, tant qu’à faire un tour, commencez à Gut Stubbe et jetez un coup d’oeil sur la Lindaunisbrücke, un pont aux formes curieuses qui est juste à côté et relie les deux rives.

Au retour, profitez du café pour vous faire du bien. Par contre, regardez quand même les conditions actuelles d’ouverture avant. C’est plus prudent.

A faire dans le coin

Liens utiles

Laisser un commentaire