La presqu’île de Maasholm et ses pêcheurs

Dimanche après-midi. Ils sont là, assis sur un banc, serrés comme des sardines, le nez au vent. Les vieux pêcheurs de Maasholm se sont donné rendez-vous en attendant le traditionnel « Kaffee-Kuchen » de quinze heures et c’est un plaisir de les voir là et surtout de les écouter car le bas-allemand, on ne le rencontre que dans le nord de l’Allemagne et plutôt à la campagne, dans le milieu agricole ou artisan.

Ici, on ne dit pas « Guten Morgen » quand on se dit bonjour mais juste « Moin » (qu’il faut prononcer ‘moïne’ [mɔɪ̯n]). Les plus bavards doublent la dose ce qui donne « Moin Moin ». Inutile de sortir votre dico pour chercher certains mots, vous ne les y trouverez pas. Le verbe « butschern » par exemple veut dire « jouer dehors », « luschern » signifie « zyeuter », « schnacken » est utilisé pour dire qu’on se tape une discute et les enfants réclament des « Naschis » quand ils veulent des bonbons. Mais rassurez-vous, même si les Allemands du nord passent pour être bruts de pomme et plutôt distants, ils sauront vous accueillir en allemand standard. Même les anciens et même ici, à quarante kilomètres au sud de la frontière danoise, sur la presqu’île de Maasholm.

Port de pêche de Maasholm

Le soleil se réverbère sur l’eau de la Baltique. Devant les quais, un cormoran se bat avec un groupe de mouettes pour un morceau de limande qu’il a certainement trouvé sur un des bateaux de pêche où les filets enroulés gouttent encore. Le port est idyllique en cette journée ensoleillée mais frisquette de février.

De la digue qui entoure la presqu’île et qui mène jusqu’au port, on aperçoit la mer et la « Lotseninsel », un îlot de pilotage juché d’un phare. Nous sommes à l’embouchure de la Schlei. On pourrait penser que cette large étendue d’eau qui signifie « eau vaseuse » en ancien danois (Slæ) est un fjord mais en fait, il s’agit d’un bras de mer qui s’arrête en cul-de-sac 42 km plus loin dans les terres, à Schleswig. Les paysages changeants de la Schlei et sa largeur qui varie de 280 m à plus de 4 km en font un site très apprécié depuis longtemps. Aujourd’hui, les Hambourgeois aiment y passer le week-end dans une chaumière cachée dans les herbes hautes. Autrefois, c’étaient les Vikings qui y avaient élu domicile. Ils y avaient même construit le fameux village de Haithabu qui est considéré par les historiens comme le centre commercial le plus important de l’Europe du nord au Haut Moyen-Age.

Au loin, à l’embouchure de la Schlei, on aperçoit l’île de pilotage (Lotseninsel) où on peut aller en bateau à la belle saison.

C’est dans le tout petit village de pêcheurs de Maasholm que je vous emmène faire une promenade et à l’embouchure de la Schlei, là où les courants marins vont et viennent, là où les bancs de sable changent de place selon les saisons et où le littoral évolue en permanence.

La presqu’île de Maasholm

Si aujourd’hui le village de Maasholm est situé sur une presqu’île, à l’origine il s’agissait d’une île qui fut longtemps inhabitée. On sait que les Vikings s’y installèrent temporairement mais il ne reste presque aucune trace de leur passage. On sait également que le roi du Danemark Christian IV y fit bâtir un petit château appelé Gut Oehe (Oehe signifiant « île » en danois) et qu’il y venait tous les ans pour chasser le sanglier, le cerf ou même l’ours.

Ce n’est qu’au début du XVIIe siècle qu’un hameau appelé Maas ou Maes fut construit à quelques kilomètres au nord-est de l’actuel Maasholm mais comme les maisons étaient inondées par la mer régulièrement, les habitants plièrent bagages en 1701 et créèrent Maasholm à cet endroit moins exposé. Il fallait cependant se protéger des caprices de la mer et des vents du nord-est. Aussi, on construisit une digue près du domaine de Oehe en 1770. Ce n’est qu’au début du siècle dernier que les travaux d’assèchement firent de cette île une presqu’île et aujourd’hui, l’embouchure de la Schlei est un vrai régal pour l’œil et pour les galloways qui paissent dans les présalés de la réserve naturelle.

Dans ce paysage côtier très plat, les deux éléments qui tranchent sont la digue et deux petits monticules dans les terres. Suivez la digue vers la mer, observez un peu les différentes races d’oies sauvages dans les prés et tout au bout, laissez-vous tomber dans le sable fin.

Quelle plage! Quelle atmosphère!

Ici, le littoral évolue à vue d’œil et au gré des courants marins. A certains endroits, le sable poussé par la mer forme de nouveaux bancs et relie peu à peu les terres isolées, à d’autres endroits, il se retire si bien qu’à Maasholm, on commence à se faire du souci pour les deux emblèmes de la presqu’île. On a peur que le petit groupe d’arbres qui poussent au bord du rivage ne soit détruit pendant une tempête et que l’îlot de pilotage ne soit victime des courants. Faut-il laisser faire la nature ou protéger ce qu’on est habitué à voir et ce qu’on aime?

Maasholm, village de pêcheurs

A l’origine, Maasholm n’était pas forcément un village de pêcheurs. Par décret royal, il est vrai que les habitants avaient le droit de pêcher dans la Schlei mais ils vivaient principalement de la voile. En 1835, on comptait 29 navires et les allers-retours vers Copenhague étaient fréquents. Ce n’est que lorsque la guerre entre la Prusse et le Danemark éclata en 1864 que les habitants se tournèrent vers la pêche. Logique! Les rapports avec le Danemark avaient été interdits.

De nos jours, le village vit essentiellement du tourisme mais son port de pêche est encore actif ce qui fait son charme fou. Le port de plaisance que j’ai vu vide en cette journée de février propose 450 places. En fait, c’est l’un des plus grands dans le Schleswig-Holstein. Le long des quais, vous trouverez également la station de sauvetage en mer qui se trouve dans un bâtiment classé historique.

Le village est petit mais joli avec ses vieilles maisons de pêcheurs basses aux toits de chaume et on tombe littéralement amoureux des détails. Alors, faites durer encore un peu le plaisir et entrez dans le café du village. Trouvez-vous une table, allez vous chercher une belle part de gâteau avec de la crème chantilly, commandez un café (la tradition veut qu’il soit agrémenté d’une rasade de rhum), le tout servi dans de la porcelaine aux fleurs d’oignons bleues et blanches. Vraiment sympa, Maasholm!

A savoir:

Un peu avant le village, vous pouvez vous garer dans le lieu-dit appelé Exhöft. Il s’agit du parking du Naturerlebniszentrum de Maasholm. Ce centre d’information sur la nature met des vélos à disposition gratuitement. Avec un peu de chance, il en restera quand vous arriverez.

Le centre ornithologique de l’association Jordsand qui se trouve en bord de plage et à l’entrée de la réserve naturelle propose des visites guidées gratuites (10h et 15 h). Ils sont ouverts d’avril à octobre. Jour de repos le lundi.

L’îlot de pilotage est accessible par bateau en partant de Maasholm, Schleimünde et de Kappeln à la belle saison.

A dix kilomètres de là, vous trouverez Kappeln, belle petite ville à visiter.

Sources et liens intéressants:

Sur Maasholm (en allemand)

Laisser un commentaire