Germaniahafen, le petit havre de paix de Kiel

Dans les années 1990, quand on demandait à un habitant de Kiel de décrire sa ville, la plupart du temps, il commençait par la comparer à Lübeck et par décrire ce qu’elle n’avait plus: Il évoquait surtout les vieilles maisons aux pignons décorés, les petites cours intérieures bien cachées et le labyrinthe de ruelles romantiques, les maisons à grenier le long des canaux et la beauté de son port. Kiel finissait toujours par ressembler à une Cendrillon toute moche qui avait perdu ses beaux habits et surtout tout son charme.

Oui, c’est vrai. Au contraire de la ville hanséatique de Lübeck, Kiel a été largement détruite pendant la seconde Guerre mondiale. Il faut dire que depuis 1866, date à laquelle la Prusse avait annexé les régions du Schleswig et du Holstein, Kiel s’était transformée en un énorme chantier naval de la Baltique. A partir de 1903, on avait même commencé à y construire les premiers sous-marins allemands. Aussi, il était logique que cette ville portuaire en plein essor devienne également un grand port militaire sous l’Empire allemand. Guillaume Ier, roi de Prusse, avait fait transférer très tôt sa flotte militaire de Dantzig à Kiel et ordonné la construction du célèbre canal de Kiel qui fut inauguré par son petit-fils Guillaume II en 1895.

Au sortir de la première Guerre mondiale, le traité de Versailles avait limité les constructions navales allemandes, cependant les dirigeants allemands avaient peu à peu réussi à amorcer des projets de réarmement. Donc, inutile de dire que les forces alliées mirent le paquet pour détruire ce port militaire stratégiquement dangereux pendant la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui encore, d’ailleurs, malgré les nombreux déminages, on trouve régulièrement des bombes en effectuant des travaux d’urbanisme.

Kiel vu d’en haut: le canal de Kiel, le fjord et tout au fond, la tour de télévision

Mais heureusement pour elle, la ville a su mettre ses atouts en valeur depuis: son charme maritime. Kiel est située sur la mer Baltique, au fond d’un estuaire qui fait environ 17 km de profondeur et qu’on appelle la Kieler Förde. Communément, le mot ‘Förde’ est traduit par fjord mais n’imaginons pas là un fjord de type scandinave. En Allemagne, on pensera plutôt à une côte basse vallonnée.

D’abord, à Kiel, ça bouge toujours sur l’eau: Il y a les ferries, les voiliers, les vieux gréements et plus au large les cargos de toutes sortes. En plus, que l’on se trouve sur la rive droite ou gauche, sous peu qu’on soit près des quais, partout à Kiel, on a une vue panoramique et un vis-à-vis changeant. On voit en autres la tour de Laboe vers l’embouchure, les chantiers navals avec leurs grandes grues bleues et au fond, près de la gare, le Germaniahafen avec ses vieux bateaux historiques.

Vous êtes en visite à Kiel ou vous y passez pour prendre un ferry? Vous voulez flâner le long du fjord tout près du centre-ville? Voici quelques tuyaux sympathiques! Vous êtes à l’endroit où les deux rives commencent à se rejoindre en formant un coin d’où le nom de la ville car Kiel vient du mot ‘Keil’ qui signifie coin ou cale, c’est-à-dire un outil triangulaire servant à fendre un objet en deux. Alors, allons humer l’eau de plus près!

Kiel et sa Kieler Woche

Au mieux, il faut venir pendant le festival mondial de voile, la Kieler Woche, pour profiter pleinement de Kiel dans toute son effervescence.

Le Germaniahafen

Faites donc un tour au Germaniahafen en partant de la gare. C’est très sympa quand on veut décompresser un peu. Il suffit de prendre le pont piétonnier (la Hörnbrücke) pour aller sur la rive est et de faire le tour du Germaniahafen construit en 1998. Celui-ci fait 28 m de large par 130 m de long et compense 6 m de dénivelé grâce un système de rampes et d’escaliers.

Là, vous pourrez vous asseoir sur les escaliers pour mieux apprécier le soleil couchant, les vieux gréements et le Hörn Campus avec sa façade miroitante en forme de voile.

Les quais de la Kiellinie

Sinon, longez la rive ouest où se trouvent les navettes reliant Kiel et Laboe. Admirez les gros ferries qui naviguent quotidiennement entre Kiel et la Suède, la Norvège ou la Lituanie et qui accostent sur les deux côtés du fjord, très près de notre point de chute.

Lorsqu’ils attendent patiemment leurs hôtes sur les quais, on pourrait prendre ces gros bateaux pour de nouveaux immeubles flottants. Et qui n’a pas le coeur qui vibre lorsqu’ils quittent le fjord en laissant échapper leur fumée noire (polluante, c’est vrai et c’est un véritable problème sur cette côte!) et en faisant résonner leur grosse corne de brume!

Et encore quelques conseils:

Liens utiles:

Laisser un commentaire