Les lacs de la Terre du Milieu |02|

Difficile de s’imaginer qu’il y a encore 25 000 ans, une énorme couche de glace venant des glaciers de Scandinavie recouvrait le nord de l’Allemagne et faisait encore 200 à 500 mètres d’épaisseur! Dans sa descente vers le Sud, elle entraîna des tonnes de roches, de pierres, de sable et d’argile, laminant le sol et le remodelant sur son passage tel un énorme bulldozer. Lorsque la Terre se réchauffa quelques milliers d’années plus tard, toute cette glace se mit à fondre et les eaux creusèrent le sol créant les fjords actuels de la Baltique et les vallées comme celle de l’Eider ou de l’Elbe.

Les sédiments se répandirent au gré des courants. Quant aux pierres venant de la péninsule scandinave, elles restèrent là où la glace disparut, en solitaires, ce qui leur valut le terme de « Findling » en allemand, mot qu’on utilise d’ailleurs pour désigner aussi un nourrisson abandonné. Donc, si vous vous promenez un jour dans le centre du Schleswig-Holstein, essayez de vous imaginer que tous les creux, les bosses et les gros blocs erratiques disséminés dans le paysage sont le produit de l’ère glacière. Une autre caractéristique géologique: Ce paysage vallonné au sol plus ou moins argileux est ponctué de lacs qui eux aussi ont été créés à cette époque. Rien que dans ce Bundesland, on en compte pas moins de 381.

J’ai déjà présenté quelques lacs et zones lacustres de la région de Neumünster dans un premier article sur la Terre du Milieu. Cette-fois-ci, je vous emmène à l’ouest de Kiel, dans le très beau parc naturel de Westensee traversé par la rivière de l’Eider et délimité au nord par l’actuel canal de Kiel.

Evidemment, il existe différentes manières de partir à la découverte de ce parc naturel. Vous pouvez faire le tour des lacs à pied ou en vélo mais aussi partir en canoë ou tout simplement profiter de l’eau pour vous baigner. Voici quelques petits projets à réaliser dans cet endroit idyllique:

  • grimper sur une des « grandes » montagnes du Nord
  • suivre les méandres d’une belle rivière et admirer un lac scintillant
  • découvrir un soupçon de canal avec ou sans gros bateaux
  • se promener autour d’un joli petit château d’antan

Profitez de la vue panoramique du Tüteberg (88 m)

Au marché aux puces de Kiel, si vous avez de la chance, vous trouverez peut-être une vieille carte postale de la région du Westensee avec une inscription originale. Vous y lirez en effet « Eiderschweiz » ce qui signifie Suisse de l’Eider. Petite précision: L’Eider est la rivière qui parcourt le Schleswig-Holstein d’une mer à l’autre en passant par plusieurs lacs dont le Westensee. Evidemment, les Allemands du Nord exagèrent un peu avec leur comparaison mais il faut bien admettre que la topographie vallonnée du coin fait penser à des montagnes miniatures et effectivement, à quelques pas du joli village de Westensee, vous trouverez un « mont » à ne pas rater: le Tüteberg. J’avoue que 88,3 mètres, ce n’est pas les Alpes mais de ce point culminant, vous aurez quand même une très belle vue panoramique de toute la région.

Comment y accéder?

Pour commencer, garez-vous près de l’église gothique qui vaut d’ailleurs le coup d’oeil et descendez la rue principale qui est admirablement pavée et bordée d’anciennes chaumières très typiques.

Au bout de quelques mètres, vous verrez sur votre droite un petit escalier qui monte entre deux maisons et qui mène vers les hauteurs. Un petit panneau vous indique que vous allez au Tüteberg. Ce sentier passe à travers les vergers et débouche sur un large champ. Traversez cette étendue en prenant le petit chemin de verdure qui monte (et qui se trouve à quelques mètres sur la gauche). Après avoir traversé un petit bois, vous trouverez une porte en bois. Refermez-la derrière vous. Les chevaux qui paissent sur le Tüteberg sont en liberté.

Un jeune érable biscornu vous attend tout en haut ainsi que des bancs. Sortez votre pique-nique et profitez de la vue.

Au fait, il y a quelques années encore, vous auriez été assis à l’ombre d’un vieux chêne. La légende dit que c’est à cause d’un garde-champêtre que cet arbre fut tout tordu. D’après la petite histoire, l’agent de police était sur le point d’arrêter un voleur de bois lorsque celui-ci se transforma en arbre pour échapper à la prison (il l’avait souhaité très fort, paraît-il). Aussitôt, le garde-champêtre pris d’une colère incroyable aurait attrapé l’arbre et l’aurait plié de toutes ses forces, d’où la forme voûtée du fameux chêne. Pour des siècles et des siècles. Le temps nous montrera s’il arrive la même chose au petit érable… Les cercles concentriques proviennent d’un projet ésotérique. L’auteur part du principe que cet endroit mystique est énergisant.

A la découverte des aigles pêcheurs

En canoë

Vous pouvez découvrir le Westensee en pagayant. A ce moment-là, partez de Achterwehr avec un canoë et parcourez l’Eider sur quelques kilomètres. A quelques mètres de la gare ferroviaire, il est possible de louer un canoë ou un kayak (à moins que vous ayez le vôtre avec vous). Ici, la rivière encore étroite se faufile paisiblement entre les prés verts avant de se jeter dans le lac de Westensee. Un must qu’elle que soit l’heure!

Si au ponton, elle paraît assez large, ça change deux mètres plus loin (prenez à gauche) et vous pourrez aussitôt profiter de la faible profondeur et de la clarté de l’eau pour constater que l’Eider abrite une quantité énorme de moules d’eau douce. Vu le nombre de coquilles sur les bords, on sait que de nombreux prédateurs adorent les gober. Nous, pas question de les ramasser. Elles sont protégées par la loi.

L’endroit est charmant. Au départ, on passe devant quelques maisons et même devant des terrasses flottantes ensoleillées très cosys. Entre deux, quelques petits ponts dont un pont ferroviaire passent au-dessus de notre tête. Finalement, le morceau 100% nature arrive: les libellules qui adorent se poser sur les pagaies, les joncs qui murmurent, les charmes et les saules qui nous frôlent au passage, les oies qui se dandinent dans les prés et les vaches parfois aussi.

Et quand il fait beau le week-end, sous un arbre, on trouvera un couple qui s’embrasse dans les herbes ou une famille qui a posé sa couverture pour casser la croûte. Les enfants nagent un petit coup (avec des chaussures s’il vous plaît!), les poules d’eau aussi. J’ai eu la chance assez souvent de rencontrer une petite couleuvre qui traversait la rivière, la tête bien drue. Le pied, quoi!

Et soudain, c’est l’ouverture: le lac! Surtout, faites attention aux consignes car ce lac est privé. La plupart des zones sont interdites à la navigation mais vous pourrez quand même apprécier le paysage et pousser jusqu’à l’endroit où l’Eider continue son chemin. Si vous louez un canoë à Achterwehr, demandez où nichent les aigles au préalable et où il faut passer. Ils vous donneront un papier. Sinon, un panneau au ponton vous explique comment traverser le Westensee pour retrouver l’Eider.

L’Eider se jette dans le Westensee.

A pied

Au fait, le grand lac de Westensee a un petit frère juste à côté. Il s’agit d’un lac appelé Ahrensee qui en est séparé par un isthme. Une superbe boucle permet de partir à la découverte de la faune et de la flore du Westensee à pied et avec un peu de chance, vous pourrez observer un des aigles qui nichent dans les cimes des arbres.

Paysage de verdure idyllique dans le parc naturel de Westensee.

Pour les pieds palmés

Les lacs de Westensee et de Bossee (sur la route entre Kiel et Westensee) ont plusieurs petites plages très conviviales. En été, l’eau est chaude, la place chère mais l’ambiance est familiale et très sympa.

Le lac de Flemhude

A quelques kilomètres de Achterwehr,  vous trouverez le lac de Flemhude, le Flemhuder See, qui a une histoire assez particulière et qui offre une balade très chouette à faire si vous voulez découvrir le canal de Kiel sous un autre angle.

Ce lac, vous aurez du mal à l’identifier sur une carte puisqu’il a une physiognomie bizarre. Il est longiforme, étroit et surtout il rejoint le canal de Kiel, formant une sorte d’appendice. Cela vaut bien une explication.

En canoë, on peut partir de Achterwehr, pagayer vers la droite. Arrivé au cul-de-sac, accostez juste avant les anciennes écluses et marchez jusqu’au canal qui se trouve à quelques mètres de là.

Dans les anciennes chroniques, on le trouve sous le nom de Nordsee ce qui paraît logique puisqu’il se situe au Nord du Westensee, lac de l’Ouest. C’est sans doute au Moyen-Age qu’il change de toponyme.

De nos jours, Flemhude est un village minuscule mais au XIIIe siècle, ce n’était pas le cas. C’est à cet endroit que les Flamands déchargeaient leurs marchandises pour les vendre sur les marchés de la Baltique. Pourquoi? Tout simplement parce que venant de la Mer du Nord avec leurs bateaux, ils remontaient l’Eider jusqu’au lac de Flemhude. A partir de là, les biens étaient acheminés vers les villes par chemins carrossables. C’est d’ailleurs grâce aux Flamands (et à un Français aussi) que le village des Flamands, donc Flemhude a aujourd’hui une église aussi charmante (de 1240).

A la fin du XVIIIe siècle, ce lac fut transformé lors de la création du canal de l’Eider, ancêtre du canal actuel. On le réduisit des deux côtés, on construisit un barrage, une digue, un canal et une écluse sur le côté est et on l’abaissa pour en faire un réservoir et le mettre à niveau.

Lorsque le canal de Kiel fut construit un siècle plus tard, on n’avait plus besoin ni de barrage ni de canal ni de réservoir. Donc, on démonta, on condamna tout ce qu’on avait construit entre 1777 et 1784 et on abaissa de nouveau le niveau de ce lac. Au fait, on fit la même chose avec le Westensee qui perdit 80 centimètres de profondeur lui aussi.

Et voilà pourquoi aujourd’hui, vous ne pouvez pas faire le tour du lac mais que par contre, vous pouvez y voir passer de très gros bateaux au nord.

Krummwisch et l’ancien canal

Voilà aussi pourquoi à quelques kilomètres du Westensee, vous pouvez vous promener le long des vestiges du canal de l’Eider et admirer une de ses écluses.

Au sud du canal, vous trouverez un charmant petit coin perdu à deux pas du canal actuel. Il s’agit du tout petit patelin appelé Krummwisch. Son écluse a vu passer Jules Verne un beau jour, avec son beau voilier. En pleine nature.

Vous pouvez traverser le canal et là aussi, vous trouverez encore une autre écluse mais ça, c’est une autre histoire (article).

Le château de Emkendorf

La région est riche en « Herrenhäuser ». Littéralement, il s’agit de « Maisons des Messieurs », donc de petits châteaux ou manoirs où vivaient les nobles de la région. Si vous êtes dans la région, allez donc voir celui de Emkendorf. Comme la plupart des manoirs, il est privé mais le jardin est accessible en non-stop.

L’été, vous pouvez même profiter de son parc pour écouter de la musique classique en pique-niquant tranquillement sur l’herbe. Ceci est possible dans le cadre du festival appelé « Schleswig-Holstein Musik Festival ». Si ça vous tente, allez voir le programme au préalable. Très apprécié, très renommé, très recommandé!

Sachez que ce château qui accueillit des poètes célèbres nationalement tels que Klopstock et Claudius a appartenu à un certain Jean Henri Desmercières au XVIIIe siècle. Français de son état, il n’était pas simplement banquier mais aussi un agriculteur et ingénieur progressiste, visionnaire et talentueux. En achetant les châteaux de Emkendorf, Quarnbek et Warleberg, il devint l’un des plus grands propriétaires terriens du pays et Theodor Storm s’est certainement inspiré de lui lorsqu’il écrivit « Der Schimmelreiter », son grand roman, lecture encore obligatoire à l’école de nos jours.

Et là, j’en reviens à Flemhude car cet ingénieux constructeur de digues en mer du Nord repose dans l’église. D’ailleurs, vous resterez en admiration devant cette petite église datant de 1240, surtout devant son beau clocher à bulbe baroque qu’on doit à Desmercières justement. Si vous avez le temps, promenez-vous aussi le long des chaumières basses, des allées de tilleuls et des vieilles maisons à colombages qui se regroupent autour de l’église. Au fait, le chemin de halage qui tourne vers la gauche mène directement à Achterwehr et à la location de canoës. Un kilomètre et vous y êtes.

D’autres articles sur l’Eider et son canal:

Laisser un commentaire