Hessenstein, la tour arc-en-ciel

Entre Kiel et Lübeck, quelques sommets s’élèvent à plus de cent mètres dans un paysage vallonné. Ils font la fierté des habitants de la Suisse du Holstein car les montagnes ne courent pas les rues dans le Nord de l’Allemagne. Leur titre de noblesse? Le suffixe « -berg » qu’on utilise en général pour désigner une montagne!

Ainsi, à quelques kilomètres de la mer Baltique, on trouve le Pilsberg qui domine les environs du haut de ses 128 mètres. Il s’agit d’ailleurs du n° 2 au palmarès des plus grandes montagnes, derrière son voisin, le Bungsberg, qui fait – quand même – 40 mètres de plus.

Et quand on a la chance d’avoir une montagne chez soi, pourquoi ne pas rehausser encore un peu le sommet, surtout s’il dispose d’une jolie vue panoramique?

C’est certainement ce que se dit le comte Friedrich von Hessen un matin en regardant par sa fenêtre, en direction du Pilsberg qui se trouve à deux kilomètres de son château. Et c’est peut-être ce jour-là qu’il décida de construire une jolie petite tour dans le style néo-gothique sur « sa montagne ». Il se dit:

La tour n’a que deux portes en bois (mais jolies, les portes!), ni les murs ni les fenêtres ne sont très protecteurs et sa position est somme toute assez isolée sur cette grande « butte » sans habitations (à part la maison du garde-forestier). Aussi, partons du principe que le Hessenstein fut moins un élément de défense que la concrétisation d’une idée romantique et un bâtiment représentatif.

Je ne sais pas vraiment pourquoi le comte fit bâtir cette tour entre 1839 et 1841. Mais tout d’un coup, elle était là, en pleine nature!

Dans tous les cas, ce qui est certain, c’est qu’à l’époque déjà, ses visiteurs ont dû apprécier la vue plongeante sur la Baltique par beau temps… Certaines rues n’existaient peut-être pas encore, le phare de Neuland et le silo du Château de Waterneverstorf n’étaient pas encore là mais sinon, la côte était semblable à celle d’aujourd’hui:

Tombée en ruines, cette jolie petite tour fut restaurée dans les années 1980 et depuis, chacun peut y aller à condition d’avoir une pièce d’1€ dans sa poche.

Au mieux, il faut y aller quand le soleil brille car de la plate-forme, la vue panoramique est superbe et par temps clair, on peut voir (de gauche à droite) le fjord de Kiel avec ses grues, Laboe avec son monument, les lagunes de Sehlendorf juste en contrebas, Fehmarn et son beau pont et même les îles danoises, au large.

Les pointes en métal peint sont affublées tout du long de petites queues étranges. Ou est-ce que ce sont des flammes? Ou des ailes? Dites-moi si vous avez la réponse.

Ce qui est le plus charmant à mon avis, c’est son ascension. L’escalier en colimaçon résonne discrètement sous les pas d’un timbre métallique. Quand il fait beau, il est entièrement baigné de lumière car les fenêtres projettent des éclats de couleurs partout sur le sol. C’est à faire bondir le cœur!

En arrivant sur la plate-forme, l’âme réchauffée par cet arc-en-ciel, on voit la vie de toutes les couleurs. Et c’est super, surtout quand il fait encore frisquet dehors!

A faire avant ou après

Evidemment, on ne peut pas passer la journée ici. Elle est sympa mais bon, on en a vite fait le tour (de la tour!). Par contre, il y a de nombreuses balades à faire dans le coin. Certaines partent même directement de Hessenstein.

Voici quelques bons plans: